En quête

de nouvelles

policières

Et pour découvrir le roman photo qui en été fait, cliquez ici.

Cette première de couverture a été réalisée en suivant les étapes que montre le diaporama ci-dessous (passez la souris sur l'image pour afficher les boutons de défilement).

Point de départ : l'idée d'un groupe d'élèves traduite dans ce dessin
Le dessin sert de guide pour cette première photo très claire prise au studio de danse de l'espace culturel du Bois Fleuri, à Lormont
Une deuxième photo très sombre est prise.
Puis une troisième, disons "normale", en gardant exactement les mêmes positions.
Dans GIMP, on superpose les trois photos pour utiliser les luminosités de chacune. Ici, on retient la photo la plus claire pour le reflet de l'élève.
Et pour augmenter le contraste, on sélectionne la photo sombre
En masquant l'arrière-plan derrière le reflet de l'élève, on force encore plus ce contraste.
Oui, mais d'où vient la lumière qui éclaire la face de l'élève ?... D'un projecteur circulaire - imaginaire - placé au plafond (la luminosité de la photo "normale" est utilisée)
On éclaircit un peu le dos de l'élève en même temps qu'on change la couleur de sa capuche (elle doit être rouge et non bleue, comme lors de la photo).
Ne pas oublier de mettre en évidence ("coup de projecteur") les autres éléments qui évoquent le sport...
Et penser à la présence de la police, avec un brassard aimablement prêté par un représentant de l'ordre, le temps de la prise de vue.
Retour dans GIMP pour sélectionner ce qui nous intéresse.
Et l'ajouter où il n'y avait personne.
On obscurcit un peu le bras pour rester dans l'ambiance.
Et, enfin, on ajoute artificiellement les tâches de sang... car nous n'avions pas la permission de peindre le parquet !

Il n'a pas été possible de reproduire exactement le dessin des élèves car la salle de danse dont nous avons disposé - Espace culturel du Bois Fleuri à Lormont - ne se présente pas tout-à-fait de la même façon. Nous avons donc dû nous adapter. Trois photos, prises à quelques secondes d'intervalles et avec des réglages de luminosité différents, nous ont permis d'obtenir ce résultat qui met en évidence certains sujets tels que les chaussons de danse, la coupe ou le reflet du tueur (évocation du sport, thème de la nouvelle policière de cette année). Le montage avec le logiciel GIMP nous a demandé de la précision lors des détourages et de l'incrustation du sang.