En quête

de nouvelles

policières

Participer au concours "En quête de nouvelles policières" implique toujours une sacrée organisation, qui peut changer d'une année sur l'autre suivant les missions qui ont été fixées. Cette année, le thème du projet d'écriture est le sport et nous avons choisi la danse. Conséquence : l'écriture doit tenir compte de son vocabulaire particulier. Un professeur de danse nous y aide. Nous devons aussi réaliser la maquette graphique du site web consacrée à ce projet (le site que vous êtes en train de regarder), mission qui n'était pas prévue les années précédentes. Un webmaster (ou webmestre, c'est-à-dire un concepteur de site internet) s'occupe des élèves impliqués dans cette mission. Finalement, notre classe de seconde 13 a été divisée en plusieurs groupes, chacun ayant une mission. Ces groupes et leur travail sont présentés dans cette page. Vous verrez donc :

  • nos récits (découverte du projet, ses implications, nos impressions... et améliorer notre Français !),
  • des diaporamas de photos prises par le groupe Photographie - Reportage,
  • une vidéo de notre spectacle de danse présenté au Festival des Arts (spectacle inspiré de notre nouvelle policière),
  • le roman photo de la nouvelle policière.

Et voici un diaporama des groupes :

Le groupe Ecriture... où il ne suffit pas d'écrire Français - ce qui est déjà beaucoup. Encore faut-il se secouer les méninges !
Le groupe Ecriture-danse. Parce qu'il ne suffit pas d'écrire en Français et de se secouer les méninges. Il faut aussi connaître le langage de la danse, le sport que nous avons choisi. Samantha nous y aide.
Le groupe Première de couverture (ou Illustration). Vous le croirez si vous voulez, mais... on en a usé des crayons !
Le groupe Communication - presse ? On vous jure qu'il existe !... Caché derrière le journal, sans doute !!
Le groupe Photo - reportage... A force de photographier les autres, ils se sont oubliés !!
Le groupe Lecture. Dans leurs mains, un incontournable de la littérature policière : "Sherlock Holmes".
Le groupe Site, avec le webmaster, le monsieur à lunettes. C'était tout au début... quand on ne savait pas où ça nous ménerait !
Le groupe Carte mentale, avec Mme HAYET, professeur-documentaliste. Carte mentale ?... Qu'es aquo ?... Disons, pour simplifier, que ça ne s'explique pas en deux mots.

 

Sur la scène de l'espace culturel du Bois fleuri à Lormont : "On y danse, on y danse" !
On est loin de l'écriture de la nouvelle. Et pourtant...
Le vocabulaire de la danse se comprend mieux... en dansant.
Retour au lycée avec Samantha, le professeur de danse, pour donner quelques touches chorégraphiques à la nouvelle.
Exécuter un "pas de deux" : deux se tiennent à la paroi, deux cherchent une idée de "pas de deux", et deux l'ont peut-être trouvée.
Excusez-nous, on débute.

 

Mais l'aboutissement de ce travail, c'est un spectacle de danse inspiré de la nouvelle policière. Rendez-vous donc dans la salle Molière du lycée Élie Faure, le 30 mai 2017, à l'occasion du Festival des Arts. La suite, en images, pour 20 minutes de vidéo (avant, pendant et après le spectacle).

NB : par moment, l'image est floue, conséquence d'une difficulté de la caméra à repérer son sujet dans la faible lumière de la scène. Mille excuses pour ce désagrément.

Et pour ceux qui préfèrent les images, voici un diaporama commenté de photos prises par le groupe Reportage.

Le groupe Illustration : des idées, des feuilles et des crayons. Le but : dessiner la couverture du recueil des nouvelles.
Premières ébauches...
Non, non, on ne vous montrera pas le dessin tant qu'il ne sera pas fini !
Finalement, vous n'avez pas attendu longtemps ! Mais en réalité, c'était une autre histoire...
Puis on a passé le relais au photographe du groupe...
... pour représenter notre dessin en photo. Le décor : le studio de danse de l'espace culturel du Bois Fleuri à Lormont.
Finalement, voilà le résultat après un vrai "parcours du combattant" ! Cliquez sur l'image pour en savoir plus...

 

La relecture en images... avec des commentaires parfois fantaisistes.

C'est l'heure de vérité. Pas minuit, l'heure du crime, mais l'heure où la police découvre notre nouvelle.
Enfin, ce que nous en avons déjà écrit et qu'il va peut-être falloir... ré-écrire !
En deux mots, c'est l'histoire d'un élève retrouvé mort parce qu'il aimait trop la danse classique.
Moi, à sa place, j'aurai choisi la danse hip-hop.
Mais continuons notre relecture avec la policière...
... qui apprend que la victime est un élève de notre lycée.
Elle essaie d'imaginer ce qui a pu se passer et mime un revolver avec sa main. Le coup part tout seul...
... et fait une victime !

 

La création de la maquette graphique du site, en détail et en images :

21 octobre 2016, vers 20 h 00. Il fait froid. Jessie se rend devant le lycée et prend cette première photo où le nom FAURE n'est pas visible.
Puis celle-ci, quelques secondes après. Cette fois, le nom est visible.
Quelques jours après, séance de montage avec GIMP qui permet de mélanger les deux photos pour faire apparaître le nom complet du lycée...
... Et aussi de remplacer la lumière blanche par une lumière jaune-orangée...
... Et encore, d'ajouter de la brume pour augmenter l'impression de mystère.
Encore plus de brume.
Toujours plus de brume...
... Et encore plus de mystère avec cet assombrissement de l'image. Evidemment, toutes ces étapes de montage ont pris plusieurs séances.
Passons à autre chose. Cette fois, Cassandre est à la prise de vue et Jessie, devant l'objectif. Il s'agit de créer le personnage de la policière..
... et de lui donner un air amusant...
... en "détourant" la loupe et l'oeil pour surdimensionner...
... la loupe et l'oeil d'origine.
C'est au tour de Mathilde de prêter sa main pour évoquer la victime.
Bien sûr, de la photo précédente, on ne retiendra que ça.
Enfin, Cassandre photographie les yeux horrifiés de Eva.
Retour à GIMP pour incruster la silhouette de Jessie dans la photo du lycée.
Puis, ajouter la main de Mathilde...
... que l'on va ensanglanter pour les besoins de la cause, grâce à une astuce de GIMP.
On approche de la fin. La bandeau noir du haut va servir à mettre en valeur deux choses...
... les yeux horrifiés de Eva...
... et le titre du site.
Toujours avec GIMP, on ajoute un bandeau noir en bas pour faire ressortir quelques textes (certains serviront de liens de menu).
Finalement, on ajoute le menu principal. La maquette graphique du site est finie. Ce montage aura tout de même pris 8 séances, soit une bonne douzaine d'heures de travail !

 

Le groupe écriture a terminé la nouvelle policière. Alors, chacun peut-il maintenant s'allonger sur son hamac, le chapeau de paille sur le nez (il fait très beau à l'heure où l'on écrit) ?... Que neni ! Il y a encore du pain sur la planche et c'est le groupe "roman photo" qui prend le relai : pour traduire en images la nouvelle policière, mais aussi pour en écrire une version anglaise que vous pouvez télécharger ici.

Distribution des rôles :

  • à la prise de vues : Cassandre et Élisa,
  • dans le personnage du lieutenant de police Bacchus : Hélio,
  • dans celui de Phœbus : Sylvain,
  • dans le personnage de Maïa : Jessie,
  • Amandine est jouée par Elsa,
  • Noémie, par Mathilde,
  • Marine joue la secrétaire du Conservatoire,
  • Valentin, celui de la victime... et du "casseur de cadenas" (il se sentait très "absent" dans son premier rôle),
  • et dans leur propre rôle : Samantha Testemale, professeur de danse, et un serveur du Cambridge Pub à Bordeaux.

Cela, ce n'était que pour les photos. Et quand on les a, qu'est-ce qu'on fait ?... Et bien la mise en page pour obtenir le roman photo que vous voyez en dessous. Alors, retour au logiciel de traitement d'images GIMP avec, cette fois, des élèves assez rodées à son maniement : Sandra, Jessie et Eva.